Mon panier
Marques
Newsletter
Inscrivez vous à notre newsletter.
Je m'abonne
Je me désabonne



DIAGNOSTIQUER UN PROBLEME D'HUMIDITE

Votre logement présente-t-il un problème d'humidité ? Vous avez du mal à chauffer votre logement ou vous ressentez constamment une impression de froid malgré le chauffage ? Vous soupçonnez une infiltration d'eau ou avez observé certaines traces suspectes sur vos murs ? Votre bébé souffre de troubles respiratoires, il se réveille la nuit ? Afin d'en avoir le cœur net, il existe un moyen simple et peu coûteux pour mesurer le taux d'humidité de votre logement : l'utilisation d'un hygromètre ou d'un thermo-hygromètre.

Si vous habitez en rez-de-chaussée et que la peinture se décolle ou se cloque au bas des murs, un testeur d'humidité des murs vous permettra de diagnostiquer des éventuelles remontées capillaires (Voir la rubrique : les différentes causes de l'humidité).
Ces instruments vous indiqueront si l'air de votre maison est trop ou pas assez humide, si et à quel point les murs de votre habitation sont eux-mêmes humides, et vous permettront ainsi de déterminer si des mesures particulières s'imposent.

A noter :
Si vous envisagez d'acheter une maison ou un appartement, mesurer l'hygrométrie ambiante vous permettra de vérifier que le logement est sain.

Important :
En cas de lourds problèmes d'humidité des murs (remontées capillaires, infiltrations d'eau, etc.) consultez la rubrique : Traiter l'humidité des murs.

- Mesure de l'hygrométrie (humidité relative) de l'air :
L'humidité de l'air est caractérisée par son hygrométrie c'est-à-dire la quantité d'eau sous forme gazeuse présente dans l'air humide. Un hygromètre mesure l'humidité relative (HR) de l'air, c'est-à-dire le pourcentage de vapeur d'eau contenue dans l'air par rapport à la quantité maximale d'eau que l'air ambiant, à la même température, peut contenir.
En clair :
- HR de 100 % = L'air contient toute la vapeur d'eau qu'il lui est possible de contenir pour une température donnée.
- HR de 50 % = L'air ne contient que la moitié de l'humidité qu'il peut contenir pour une température donnée.
L'hygrométrie d'une habitation doit être comprise entre 45 et 55 % environ (Voir la rubrique : Pourquoi l'humidité d'un logement doit-elle être maîtrisée ?).

Si vous constatez une humidité relative trop élevée dans l'air de votre logement, il est important d'en connaitre la cause et d'affiner votre diagnostic en utilisant un testeur d'humidité des murs.

- Tester d'humidité des murs :
Les humidimètres ou testeurs d'humidité des murs sont des appareils portatifs très faciles à utiliser.

Autrefois réservés aux professionnels, leur gamme s'est étendue afin de permettre à chacun de déterminer lui-même, de façon simple et relativement précise, la présence d'humidité dans ses murs.

A noter :
En cas de problème d'humidité avéré de vos murs, et si vous avez pris des dispositions pour y remédier, utiliser un testeur d'humidité des murs régulièrement et au même endroit, vous permettra également de surveiller l'évolution de l'assèchement.

Humidimètres ohmiques :
Les humidimètres domestiques les plus courants et les plus simples d'utilisation fonctionnent selon le procédé ohmique : un ohmmètre permet en effet de mesurer la résistance d'un mur en fonction de sa conductibilité, c'est-à-dire en fonction de la quantité d'eau présente dans le mur et de son PH. Selon la résistance mesurée, il est ainsi possible de donner une estimation approximative de l'humidité présente dans le mur, en différents endroits : ces humidimètres fonctionnent très souvent avec une échelle numérique graduée qui se modifiera et s'affichera en fonction de l'humidité présente dans le matériau mesuré (mur, bois, etc). D'autres vous proposeront une lecture digitale du taux d'hygrométrie.

A noter : Il existe d'autres types d'humidimètres (diélectriques ou par micro-ondes), davantage réservés à une utilisation professionnelle. Ces appareils sont destinés à déterminer rapidement et sans abimer le matériau les répartitions d'humidité dans les zones proches de la surface jusqu'à 4 cm de profondeur. Ils permettent de détecter les zones humides derrière des carrelages ou des revêtements empêchant d'accéder au matériau à mesurer (Placoplatre, lambris...) sans avoir à les enlever.


DIAGNOSTIC
Pour réaliser des mesures précises avec un appareil ohmique, il est conseillé de définir des points fixes de mesure à des hauteurs différentes et de planter dans le mur à ces endroits de petites pointes d'acier placées deux par deux espacées du même écartement que le testeur d'humidité.
= On pourra ainsi mesurer l'humidité sur plusieurs points, à différentes hauteurs du mur, faire un diagnostic et suivre l'assèchement par des mesures régulières : - de remontées capillaires (si on constate que l'humidité est surtout présente au bas des murs et diminue à partir de un mètre ou au dessus) - reconnaitre avec précision les zones touchées par un dégât des eaux ou par les infiltrations.
Attention : Pour que l'interprétation des données ne soit pas erronée, il est important d'appuyer sur les pointes du testeur avec la même force pour qu'elles soient toujours à peu près à la même profondeur. Ces pointes étant fragiles, une pression exagérée dans un matériau dur pourrait les endommager.

Important : L'échelle de mesure de certains humidimètres est souvent graduée de 0 à 100 %. Pourtant, la valeur lue sur cet affichage ne vous donne en aucun cas le pourcentage de l'humidité du matériau mais le pourcentage de mesure par rapport à l'échelle. En effet, un matériau ne pourra jamais contenir 100 % d'eau, même au maximum de sa saturation.
(Pour vous permettre de mieux comprendre, nous avons procédé à l'expérience suivante : Prenons une brique et passons-la au four afin de bien l'assécher. Son poids sera d'environ 2kg. Trempons-la ensuite durant 15 minutes dans un seau d'eau le temps qu'elle s'imbibe complètement. Si on pèse à nouveau la brique, une fois gorgée d'eau, nous constatons que son poids sera d'environ 2.2kg. Il y aura donc seulement 200g d'eau contenus dans la brique, soit environ 10 % de son poids. Cette donnée peut varier selon la taille des pores du matériau utilisé, mais la brique, la pierre, le parpaing ou le plâtre ne pourront en aucun cas absorber 100 % d'eau - soit plus de deux litres d'eau dans le cas de notre brique -.)

Une fois l'hygrométrie relative de l'air mesurée et/ou celle des murs estimée, vous savez désormais si votre maison est trop ou pas assez humide. Si cette humidité est due à un accident ponctuel (dégât des eaux, infiltration, etc) et que vous en avez réparé la ou les cause(s), de nombreux mois seront nécessaires avant que les murs et l'atmosphère ne s'assèchent seuls. Durant ce délai, de nombreux problèmes pourront parallèlement s'installer, tels que la moisissure des murs, l'apparition de champignons, etc.
Maîtriser un excès d'humidité est possible et il est conseillé de s'en occuper rapidement afin que d'autres problèmes ne s'installent.

Important : En cas de lourds problèmes d'humidité des murs (remontées capillaires, infiltrations d'eau, etc.) consultez la rubrique : Traiter l'humidité des murs).

Afin d'affiner votre diagnostic, il est important de savoir reconnaître les différentes manifestations d'un excès d'humidité dans son logement, lesquelles dépendent des trois principales causes d'humidité :


LES DIFFERENTES CAUSES D'HUMIDITE
Excepté certaines causes d'humidité accidentelles (fuites d'eau de canalisation, gouttières, etc.), les trois principales causes d'un excès d'humidité dans un logement sont :

- Les infiltrations d'eau de pluie :
Les intempéries (pluie, neige, grêle) sont la principale cause d'humidité d'une maison et atteignent en premier lieu les toitures, mais aussi les façades (en fonction de l'orientation du vent). Les matériaux de construction étant poreux et leur usure pouvant provoquer tout type de fissures, les problèmes d'infiltrations d'eau sont fréquents et génèrent ensuite de l'humidité dans le logement.

La première chose à faire pour lutter contre ces infiltrations est d'en supprimer la cause (réparer les toitures, boucher les fissures, etc.). La deuxième étape consiste à supprimer rapidement l'humidité générée par ces infiltrations en aérant le plus possible ou mieux en utilisant un déshumidificateur d'air. En effet, en accélérant le processus d'assèchement, celui-ci évitera que cette humidité ponctuelle n'ait des répercutions plus graves dans le logement (pourriture du bois, moisissures, etc.).

A noter : l'acquisition d'un déshumidificateur d'air peut être prise en charge par l'assurance de votre logement en cas de dégât des eaux.

- Les remontées capillaires (remontées d'eau du sol) :
L'humidité peut provenir des murs de fondation d'une maison se trouvant en contact avec de l'eau présente dans le sol (accumulation d'eau de pluie, mais aussi présence de nappes d'eau souterraines dites " phréatiques "). L'eau remonte alors à l'intérieur des murs du rez-de-chaussée, souvent mal isolés lorsqu'ils sont anciens, par le phénomène de capillarité (de la même façon que les buvards aspirent l'encre ou que les éponges s'imbibent d'eau). Elle peut atteindre jusqu'à 1m50 voire 2m de hauteur, et ainsi se propager dans l'air du logement.

Dans le logement, ce type d'humidité provient donc de l'intérieur du mur, créant ainsi des cloquages de peinture ou de papier peint, des décollements d'enduits et, avec le temps, la formation de salpêtre (l'eau remontée du sous-sol contient des sels minéraux, des nitrates qui se transforment en salpêtre au contact de l'air. (Traces blanches cotonneuses et poudreuses).

Lorsque les murs sont enterrés (caves ou sous sol) ou semi enterrés, l'humidité présente dans les murs peut provenir à la fois de remontées capillaires mais aussi d'infiltrations latérales (selon la pression hydraulique présente dans la terre derrière le mur).
(Lien vers : Vaincre l'humidité des murs)

- Le manque d'aération et de ventilation :

La condensation est le passage à l'état liquide de la vapeur d'eau contenue dans l'air sous forme de gaz.

Elle se manifeste en premier lieu par l'apparition de buée sur les vitres ou sur les murs mal isolés exposés au nord.

Le confinement des logements pour économiser l'énergie, les doubles vitrages empêchant la ventilation naturelle qui existait autrefois et l'humidité produite par les occupants entraînent un surplus d'humidité et donc des risques de condensation.



COMMENT RECONNAITRE LA CONDENSATION ?
Les traces d'humidité de condensation apparaissent en priorité :
- dans les pièces exposées au nord ;
- dans les pièces humides trop chauffées ;
- dans les pièces ou les endroits mal aérés (derrière les rideaux, derrière les meubles ou les tableaux) ;
- sur les parois froides ou sur les zones de ponts thermiques (endroits particuliers de la construction créant une communication du froid entre l'extérieur et l'intérieur). Les murs humides étant moins bien isolés que les murs secs, ils peuvent être la cause de ponts thermiques.
On retrouve souvent les traces de condensation en haut des murs près du plafond car l'air chaud monte et plus l'air est chaud, plus il peut contenir de l'humidité. De même, en cas de remontées capillaires, la condensation peut se produire au bas des murs moins bien isolés à cause de l'humidité.
Lorsque les murs sont humides à cause du phénomène de condensation, la poussière finit par s'y déposer et les champignons se développent, créant ainsi des zones noires (généralement dans les angles murs/plafond, autour des fenêtres et sur les zones mal aérées que sont l'arrière des meubles, les tableaux ou des rideaux). Avec le temps, des champignons microscopiques peuvent s'y développer et des spores se propagent dans l'air que nous respirons.. Ces traces d'humidité se transformeront progressivement en moisissures et les phénomènes les plus ennuyeux pour votre logement apparaîtront :
- Pourrissement des boiseries
- Gondolement des parquets
- Moisissure des murs
- Décollement des papiers peints
- Ecaillement des peintures
- Détérioration des meubles et des revêtements du sol
- Odeurs désagréables de moisissures
- risques de présence de Mérule (champignon)

Ce phénomène de condensation a pour causes principales :
- La production d'humidité par la vie quotidienne :
Au sein de notre logement, nous produisons tous (les membres d'une famille, les animaux et les plantes vertes) de la vapeur d'eau en respirant et en transpirant. De plus, nos activités quotidiennes (cuisiner, prendre une douche ou un bain, utiliser un lave-linge, un sèche-linge ou un lave-vaisselle, etc.) génèrent de grandes quantités de vapeur d'eau : il faut savoir qu'au quotidien, un couple avec deux enfants dégagent 10 litres d'eau (sous forme de vapeur) par jour : - 6 litres d'eau issus des activités de la vie quotidienne (cuisine, douches, bains, séchage du linge...
- 4 litres d'eau liés à la respiration et à la transpiration.
Sachez également qu'une personne faisant une activité physique dégage 200 g d'eau par heure.
- Le chauffage :
Le mode de chauffage est un paramètre essentiel du processus de condensation. En effet, plus la température de l'air du logement est élevée et plus l'air extérieur est froid, plus le risque de condensation est élevé : un air à 20°C peut contenir trois fois plus d'eau qu'un air à 5°C.
- L'aération :
Un manque d'aération ne permet pas de maintenir l'humidité relative à un niveau quasi constant. C'est pourquoi lutter contre les dépenses énergétiques en obturant les sources d'aération favorise les risques de condensation. Il faut savoir que l'air est naturellement attiré par les endroits les plus froids (ex : dans un réfrigérateur, les glaçons du freezer attirent l'air au point de capter progressivement les odeurs des aliments qui se trouvent dans les étages inférieurs). C'est pourquoi l'humidité ne reste pas dans la pièce où elle a été produite (la cuisine, la salle-de-bain, la cave, etc.) mais va se déplacer vers les zones les plus froides du logement.
Notez que les problèmes d'humidité s'aggravent en automne et en hiver car c'est durant cette période que les pièces sont les moins ventilées et que les parties non isolées du logement deviennent les plus froides.


COMMENT LUTTER CONTRE LA CONDENSATION ?
Pour éviter la condensation il faut agir sur les paramètres suivants :
- Diminuer la production d'eau à l'intérieur du logement :
Si traiter les murs pour arrêter les remontées capillaires peut être une des premières mesures à prendre, changer son mode de vie en arrêtant de prendre des douches ou de faire la cuisine est bien sûr beaucoup plus difficile.
- Abaisser la température du logement :
Modifier la température ambiante est souvent délicat, notamment en termes de confort. L'air humide étant plus difficile à chauffer, l'impression inconfortable de froid restera présente même à 20 ou 21°C. Baisser la température du logement s'avère donc difficile.
- Améliorer l'isolation du logement :
Isoler les murs donnant sur l'extérieur (particulièrement ceux exposés au nord) et installer des fenêtres double vitrage permet effectivement de réduire les risques de condensation. Pourtant, améliorer l'isolation entraîne des travaux importants et couteux, qui ne sont pas toujours réalisables (surtout lorsqu'on est locataires du logement).
- Augmenter la ventilation du logement :
En créant des aérations au-dessus des fenêtres ou en installant une VMI ou une VMC. La VMI (Ventilation Mécanique par Insufflation) est une solution très intéressante, notamment pour les logements anciens car sont installation est beaucoup plus facile que celle d'une Ventilation Mécanique Contrôlée (VMC). (Voir lien vers les VMI sur ADS : ../ventilation-residentielle-integree,fr,3,146.cfm) (Pour en savoir plus : lien vers la rubrique VMI/VMC plus bas)
- Abaisser le taux d'hygrométrie du logement en installant un déshumidificateur d'air

L'utilisation d'un déshumidificateur d'air associée à un renouvellement efficace de l'air à l'intérieur du local constitue donc l'un des très bons moyens pour assainir son logement et lutter contre les phénomènes de condensation.

 
Garanties
Suivi de commande
Conseil avant-vente / Infos
Mon Service Client
Modes et délais de livraison
Moyens de paiement
Paiement sécurisé
Solution crédit
Contact Service Client
Contact Administration
Contact Professionnels
Formulaire de rétractation

 
Conditions Générales de Vente
Politique de confidentialité
Protection de la vie privée et cookies
Mentions légales
 

 

AvenueDesSpecialistes.com
28 /30 rue Remy Dumoncel 75014 Paris - 01 42 18 20 25- Fax 01 70 44 51 51
Notre boutique en ligne est spécialisée dans le traitement de l'air : humidité, climatisation, purification, ventilation et chauffage.
N'hésitez pas à nous contacter si vous souhaitez un renseignement ou un conseil sur les humidificateurs, déshumidificateurs, purificateurs, climatiseurs, ventilateurs et chauffages.
Création www.avenuedesspecialistes.com © 2004-2019 tous droits réservés

 

 

climatiseur climatiseur climatiseur climatiseur        
Site réalisé avec PowerBoutique - logiciel pour créer un site