Mon panier
Marques
Newsletter
Inscrivez vous à notre newsletter.
Je m'abonne
Je me désabonne
TRAITER L'HUMIDITE : Déshumidificateur d'airTRAITER L'HUMIDITE

> (1) Pourquoi l'humidité d'un logement doit-elle être maîtrisée ?
L'humidité contenue dans l'air est nécessaire à notre confort et à notre santé. Mais un excès ou un manque d'humidité dans un logement peut entraîner de multiples problèmes, que ce soit pour les occupants, pour le mobilier, pour la structure de l'habitation ou pour les dépenses énergétiques. Important : (2) Le taux d'humidité relative idéal pour le confort des êtres humains est compris entre 45 et 55 %.

- (3) En dessous de 45 % :
L'atmosphère est inconfortable et la respiration devenant plus difficile, nous ne nous sentons pas bien. Le nez et la gorge s'assèchent et s'irritent et notre peau se dessèche progressivement. Des décharges d'électricité statique peuvent également se produire. Les personnes les plus susceptibles d'en souffrir sont les enfants en bas âge et les personnes âgées car il leur est souvent impossible, compliqué voire dangereux de se lever la nuit pour boire. De plus, les meubles, les boiseries, les instruments de musique, les parquets se craquèlent et supportent mal une atmosphère trop sèche.

- (4) Au dessus de 55 % :
Trop d'humidité dans un logement peut être une cause d'insalubrité.
L'air est saturé en humidité, créant un environnement idéal pour la prolifération des moisissures, des acariens et autres parasites. (5)Occuper un logement humide entraine des risques de toux chroniques, allergies ou migraines. Les douleurs rhumatismales peuvent se réveiller et empirer. Une atmosphère humide est donc particulièrement inconfortable pour les personnes âgées (rhumatismes) ainsi que pour toute personne souffrant de troubles respiratoires tels que l'asthme. (6)De plus, les meubles, les livres, les vêtements souffrent également de cette humidité excessive et peuvent se détériorer rapidement. (7)Enfin, un taux d'humidité trop élevé peut avoir de lourdes répercussions sur votre facture énergétique : en effet, plus l'air est humide, plus il a besoin d'énergie pour être chauffé. Notez également qu'une atmosphère humide est très inconfortable, provoquant une incessante sensation de froid et donc l'envie d'augmenter le thermostat du chauffage pour se sentir mieux.

En résumé, voici un tableau descriptif des symptômes et des effets à long terme provoqués par un excès ou un manque d'humidité dans un logement :

  Trop humide Trop humide
Symptômes habituels - Condensation sur les fenêtres ou sur des murs froids
- Taches d'humidité sur les murs et les plafonds
- Moisissures dans les pièces d'eau mal ventilées
- Risques d'allergies, toux et migraines, rhumatismes
- Odeurs de renfermé, moisi, difficultés à faire sécher le linge, moisissures dans les placards
- Peau desséchée et lèvres gercées
- Irritation du nez et de la gorge
- Difficultés respiratoires
- Formation d'électricité statique et d'étincelles
Effets à long terme - Dommages sur la maison et ce qu'elle contient
- Dépenses énergétiques élevées
- Allergies permanentes et autres problèmes de santé (rhumatismes chronique, etc)
- Inconfort constant
- Dommages sur les meubles, instruments de musique, parquets, boiseries, etc
- Autres problèmes de santé


> (8) (9)Diagnostiquer un problème d'humidité
Votre logement présente-t-il un problème d'humidité ? Vous avez du mal à chauffer votre logement ou vous ressentez constamment une impression de froid malgré le chauffage ? Vous soupçonnez une infiltration d'eau ou avez observé certaines traces suspectes sur vos murs ? Votre bébé souffre de troubles respiratoires, il se réveille la nuit ? Afin d'en avoir le cœur net, il existe un moyen simple et peu coûteux pour mesurer le taux d'humidité de votre logement : l'utilisation d'un hygromètre ou d'un thermo-hygromètre.
Si vous habitez en rez-de-chaussée et que la peinture se décolle ou se cloque au bas des murs, un testeur d'humidité des murs vous permettra de diagnostiquer des éventuelles remontées capillaires (Voir la rubrique : les différentes causes de l'humidité).
Ces instruments vous indiqueront si l'air de votre maison est trop ou pas assez humide, si et à quel point les murs de votre habitation sont eux-mêmes humides, et vous permettront ainsi de déterminer si des mesures particulières s'imposent.
A noter : Si vous envisagez d'acheter une maison ou un appartement, mesurer l'hygrométrie ambiante vous permettra de vérifier que le logement est sain.
Important : En cas de lourds problèmes d'humidité des murs (remontées capillaires, infiltrations d'eau, etc.) consultez la rubrique : Traiter l'humidité des murs.

- (10) Mesure de l'hygrométrie (humidité relative) de l'air :
L'humidité de l'air est caractérisée par son hygrométrie c'est-à-dire la quantité d'eau sous forme gazeuse présente dans l'air humide. (11)Un hygromètre mesure l'humidité relative (HR) de l'air, c'est-à-dire le pourcentage de vapeur d'eau contenue dans l'air par rapport à la quantité maximale d'eau que l'air ambiant, à la même température, peut contenir.
En clair :
- HR de 100 % = L'air contient toute la vapeur d'eau qu'il lui est possible de contenir pour une température donnée.
- HR de 50 % = L'air ne contient que la moitié de l'humidité qu'il peut contenir pour une température donnée.
L'hygrométrie d'une habitation doit être comprise entre 45 et 55 % environ (Voir la rubrique : Pourquoi l'humidité d'un logement doit-elle être maîtrisée ?).

Si vous constatez une humidité relative trop élevée dans l'air de votre logement, il est important d'en connaitre la cause et d'affiner votre diagnostic en utilisant un testeur d'humidité des murs.

- (12) Tester d'humidité des murs :
(13)Les humidimètres ou testeurs d'humidité des murs sont des appareils portatifs très faciles à utiliser. Autrefois réservés aux professionnels, leur gamme s'est étendue afin de permettre à chacun de déterminer lui-même, de façon simple et relativement précise, la présence d'humidité dans ses murs.
A noter : En cas de problème d'humidité avéré de vos murs, et si vous avez pris des dispositions pour y remédier, utiliser un testeur d'humidité des murs régulièrement et au même endroit, vous permettra également de surveiller l'évolution de l'assèchement.

Humidimètres ohmiques :
Les humidimètres domestiques les plus courants et les plus simples d'utilisation fonctionnent selon le procédé ohmique : un ohmmètre permet en effet de mesurer la résistance d'un mur en fonction de sa conductibilité, c'est-à-dire en fonction de la quantité d'eau présente dans le mur et de son PH. Selon la résistance mesurée, il est ainsi possible de donner une estimation approximative de l'humidité présente dans le mur, en différents endroits : ces humidimètres fonctionnent très souvent avec une échelle numérique graduée qui se modifiera et s'affichera en fonction de l'humidité présente dans le matériau mesuré (mur, bois, etc). D'autres vous proposeront une lecture digitale du taux d'hygrométrie.
A noter : Il existe d'autres types d'humidimètres (diélectriques ou par micro-ondes), davantage réservés à une utilisation professionnelle. Ces appareils sont destinés à déterminer rapidement et sans abimer le matériau les répartitions d'humidité dans les zones proches de la surface jusqu'à 4 cm de profondeur. Ils permettent de détecter les zones humides derrière des carrelages ou des revêtements empêchant d'accéder au matériau à mesurer (Placoplatre, lambris...) sans avoir à les enlever.

(13a) (14) Diagnostic :
Pour réaliser des mesures précises avec un appareil ohmique, il est conseillé de définir des points fixes de mesure à des hauteurs différentes et de planter dans le mur à ces endroits de petites pointes d'acier placées deux par deux espacées du même écartement que le testeur d'humidité.
= On pourra ainsi mesurer l'humidité sur plusieurs points, à différentes hauteurs du mur, faire un diagnostic et suivre l'assèchement par des mesures régulières : - de remontées capillaires (si on constate que l'humidité est surtout présente au bas des murs et diminue à partir de un mètre ou au dessus) - reconnaitre avec précision les zones touchées par un dégât des eaux ou par les infiltrations.
Attention : Pour que l'interprétation des données ne soit pas erronée, il est important d'appuyer sur les pointes du testeur avec la même force pour qu'elles soient toujours à peu près à la même profondeur. Ces pointes étant fragiles, une pression exagérée dans un matériau dur pourrait les endommager.

Important : (15) L'échelle de mesure de certains humidimètres est souvent graduée de 0 à 100 %. Pourtant, la valeur lue sur cet affichage ne vous donne en aucun cas le pourcentage de l'humidité du matériau mais le pourcentage de mesure par rapport à l'échelle. En effet, un matériau ne pourra jamais contenir 100 % d'eau, même au maximum de sa saturation.
(Pour vous permettre de mieux comprendre, nous avons procédé à l'expérience suivante : Prenons une brique et passons-la au four afin de bien l'assécher. Son poids sera d'environ 2kg. Trempons-la ensuite durant 15 minutes dans un seau d'eau le temps qu'elle s'imbibe complètement. Si on pèse à nouveau la brique, une fois gorgée d'eau, nous constatons que son poids sera d'environ 2.2kg. Il y aura donc seulement 200g d'eau contenus dans la brique, soit environ 10 % de son poids. Cette donnée peut varier selon la taille des pores du matériau utilisé, mais la brique, la pierre, le parpaing ou le plâtre ne pourront en aucun cas absorber 100 % d'eau - soit plus de deux litres d'eau dans le cas de notre brique -.)

Une fois l'hygrométrie relative de l'air mesurée et/ou celle des murs estimée, vous savez désormais si votre maison est trop ou pas assez humide. Si cette humidité est due à un accident ponctuel (dégât des eaux, infiltration, etc) et que vous en avez réparé la ou les cause(s), de nombreux mois seront nécessaires avant que les murs et l'atmosphère ne s'assèchent seuls. Durant ce délai, de nombreux problèmes pourront parallèlement s'installer, tels que la moisissure des murs, l'apparition de champignons, etc.
Maîtriser un excès d'humidité est possible et il est conseillé de s'en occuper rapidement afin que d'autres problèmes ne s'installent.

Important : En cas de lourds problèmes d'humidité des murs (remontées capillaires, infiltrations d'eau, etc.) consultez la rubrique : Traiter l'humidité des murs).

Afin d'affiner votre diagnostic, il est important de savoir reconnaître les différentes manifestations d'un excès d'humidité dans son logement, lesquelles dépendent des trois principales causes d'humidité :

- (16)Les différentes causes d'humidité :
Excepté certaines causes d'humidité accidentelles (fuites d'eau de canalisation, gouttières, etc.), les trois principales causes d'un excès d'humidité dans un logement sont :

- (17) Les infiltrations d'eau de pluie :
Les intempéries (pluie, neige, grêle) sont la principale cause d'humidité d'une maison et atteignent en premier lieu les toitures, mais aussi les façades (en fonction de l'orientation du vent). Les matériaux de construction étant poreux et leur usure pouvant provoquer tout type de fissures, les problèmes d'infiltrations d'eau sont fréquents et génèrent ensuite de l'humidité dans le logement.
La première chose à faire pour lutter contre ces infiltrations est d'en supprimer la cause (réparer les toitures, boucher les fissures, etc.). La deuxième étape consiste à supprimer rapidement l'humidité générée par ces infiltrations en aérant le plus possible ou mieux en utilisant un déshumidificateur d'air. En effet, en accélérant le processus d'assèchement, celui-ci évitera que cette humidité ponctuelle n'ait des répercutions plus graves dans le logement (pourriture du bois, moisissures, etc.).
A noter : l'acquisition d'un déshumidificateur d'air peut être prise en charge par l'assurance de votre logement en cas de dégât des eaux.

- (18) Les remontées capillaires (remontées d'eau du sol) :
L'humidité peut provenir des murs de fondation d'une maison se trouvant en contact avec de l'eau présente dans le sol (accumulation d'eau de pluie, mais aussi présence de nappes d'eau souterraines dites " phréatiques "). L'eau remonte alors à l'intérieur des murs du rez-de-chaussée, souvent mal isolés lorsqu'ils sont anciens, par le phénomène de capillarité (de la même façon que les buvards aspirent l'encre ou que les éponges s'imbibent d'eau). Elle peut atteindre jusqu'à 1m50 voire 2m de hauteur, et ainsi se propager dans l'air du logement.
Dans le logement, ce type d'humidité provient donc de l'intérieur du mur, créant ainsi des cloquages de peinture ou de papier peint, des décollements d'enduits et, avec le temps, la formation de salpêtre (l'eau remontée du sous-sol contient des sels minéraux, des nitrates qui se transforment en salpêtre au contact de l'air. (Traces blanches cotonneuses et poudreuses).
Lorsque les murs sont enterrés (caves ou sous sol) ou semi enterrés, l'humidité présente dans les murs peut provenir à la fois de remontées capillaires mais aussi d'infiltrations latérales (selon la pression hydraulique présente dans la terre derrière le mur).
(Lien vers : Vaincre l'humidité des murs)

- (19) Le manque d'aération et de ventilation :
La condensation est le passage à l'état liquide de la vapeur d'eau contenue dans l'air sous forme de gaz. Elle se manifeste en premier lieu par l'apparition de buée sur les vitres ou sur les murs mal isolés exposés au nord.
Le confinement des logements pour économiser l'énergie, les doubles vitrages empêchant la ventilation naturelle qui existait autrefois et l'humidité produite par les occupants entraînent un surplus d'humidité et donc des risques de condensation.

- (20) Comment reconnaître la condensation ?

(21)Les traces d'humidité de condensation apparaissent en priorité :
- dans les pièces exposées au nord ;
- dans les pièces humides trop chauffées ;
- dans les pièces ou les endroits mal aérés (derrière les rideaux, derrière les meubles ou les tableaux) ;
- sur les parois froides ou sur les zones de ponts thermiques (endroits particuliers de la construction créant une communication du froid entre l'extérieur et l'intérieur). Les murs humides étant moins bien isolés que les murs secs, ils peuvent être la cause de ponts thermiques.
On retrouve souvent les traces de condensation en haut des murs près du plafond car l'air chaud monte et plus l'air est chaud, plus il peut contenir de l'humidité. De même, en cas de remontées capillaires, la condensation peut se produire au bas des murs moins bien isolés à cause de l'humidité.
(22)Lorsque les murs sont humides à cause du phénomène de condensation, la poussière finit par s'y déposer et les champignons se développent, créant ainsi des zones noires (généralement dans les angles murs/plafond, autour des fenêtres et sur les zones mal aérées que sont l'arrière des meubles, les tableaux ou des rideaux). Avec le temps, des champignons microscopiques peuvent s'y développer et des spores se propagent dans l'air que nous respirons.. Ces traces d'humidité se transformeront progressivement en moisissures et les phénomènes les plus ennuyeux pour votre logement apparaîtront :
- Pourrissement des boiseries
- Gondolement des parquets
- Moisissure des murs
- Décollement des papiers peints
- Ecaillement des peintures
- Détérioration des meubles et des revêtements du sol
- Odeurs désagréables de moisissures
- risques de présence de Mérule (champignon)

(23)Ce phénomène de condensation a pour causes principales :
- (24) La production d'humidité par la vie quotidienne :
Au sein de notre logement, nous produisons tous (les membres d'une famille, les animaux et les plantes vertes) de la vapeur d'eau en respirant et en transpirant. De plus, nos activités quotidiennes (cuisiner, prendre une douche ou un bain, utiliser un lave-linge, un sèche-linge ou un lave-vaisselle, etc.) génèrent de grandes quantités de vapeur d'eau : il faut savoir qu'au quotidien, un couple avec deux enfants dégagent 10 litres d'eau (sous forme de vapeur) par jour : - 6 litres d'eau issus des activités de la vie quotidienne (cuisine, douches, bains, séchage du linge...
- 4 litres d'eau liés à la respiration et à la transpiration.
Sachez également qu'une personne faisant une activité physique dégage 200 g d'eau par heure.
- (25) Le chauffage :
Le mode de chauffage est un paramètre essentiel du processus de condensation. En effet, plus la température de l'air du logement est élevée et plus l'air extérieur est froid, plus le risque de condensation est élevé : un air à 20°C peut contenir trois fois plus d'eau qu'un air à 5°C.
- (26 ) L'aération :
Un manque d'aération ne permet pas de maintenir l'humidité relative à un niveau quasi constant. C'est pourquoi lutter contre les dépenses énergétiques en obturant les sources d'aération favorise les risques de condensation. Il faut savoir que l'air est naturellement attiré par les endroits les plus froids (ex : dans un réfrigérateur, les glaçons du freezer attirent l'air au point de capter progressivement les odeurs des aliments qui se trouvent dans les étages inférieurs). C'est pourquoi l'humidité ne reste pas dans la pièce où elle a été produite (la cuisine, la salle-de-bain, la cave, etc.) mais va se déplacer vers les zones les plus froides du logement.
(27)Notez que les problèmes d'humidité s'aggravent en automne et en hiver car c'est durant cette période que les pièces sont les moins ventilées et que les parties non isolées du logement deviennent les plus froides.

- (28)Comment lutter contre la condensation ?
Pour éviter la condensation il faut agir sur les paramètres suivants :
- (29)Diminuer la production d'eau à l'intérieur du logement :
Si traiter les murs pour arrêter les remontées capillaires peut être une des premières mesures à prendre, changer son mode de vie en arrêtant de prendre des douches ou de faire la cuisine est bien sûr beaucoup plus difficile. - (30)Abaisser la température du logement : Modifier la température ambiante est souvent délicat, notamment en termes de confort. L'air humide étant plus difficile à chauffer, l'impression inconfortable de froid restera présente même à 20 ou 21°C. Baisser la température du logement s'avère donc difficile.
- (31)Améliorer l'isolation du logement : Isoler les murs donnant sur l'extérieur (particulièrement ceux exposés au nord) et installer des fenêtres double vitrage permet effectivement de réduire les risques de condensation. Pourtant, améliorer l'isolation entraîne des travaux importants et couteux, qui ne sont pas toujours réalisables (surtout lorsqu'on est locataires du logement).
- (32)Augmenter la ventilation du logement : En créant des aérations au-dessus des fenêtres ou en installant une VMI ou une VMC. La VMI (Ventilation Mécanique par Insufflation) est une solution très intéressante, notamment pour les logements anciens car sont installation est beaucoup plus facile que celle d'une Ventilation Mécanique Contrôlée (VMC). (Voir lien vers les VMI sur ADS : ../ventilation-residentielle-integree,fr,3,146.cfm) (Pour en savoir plus : lien vers la rubrique VMI/VMC plus bas)
- (33)Abaisser le taux d'hygrométrie du logement en installant un déshumidificateur d'air

L'utilisation d'un déshumidificateur d'air associée à un renouvellement efficace de l'air à l'intérieur du local constitue donc l'un des très bons moyens pour assainir son logement et lutter contre les phénomènes de condensation.

> Les déshumidificateurs d'air
(34)Utiliser un déshumidificateur d'air est la solution idéale pour :
- Abaisser le taux d'humidité dans l'air en empêchant celui-ci d'atteindre des niveaux trop élevés pour la santé et le confort des personnes (et ainsi rétablir une atmosphère saine dans votre maison) ;
- Accélérer l'assèchement d'un mur ou d'une pièce en cas de dégât des eaux (et ainsi prévenir l'apparition de complications plus importantes telles que le pourrissement des matériaux ou la prolifération des champignons) ;

Un déshumidificateur d'air pourra également :
- Supprimer les apports d'humidité ponctuels (Sur roulettes, il peut se déplacer facilement d'une pièce à l'autre, vous permettant - surtout si votre maison est humide - de sécher votre linge ou votre salle de bain après la douche beaucoup plus rapidement, ou même d'assécher votre garage dans lequel une voiture mouillée a été garée).
(34a)A noter : certains fabricants communiquent parfois sur le fait qu'un modèle de déshumidificateur peut servir de sèche-linge ou disposerait d'une fonction sèche-linge.
En réalité, tous les déshumidificateurs peuvent être utilisés pour sécher le linge : cette fonction n'est que l'utilisation en continu (hygrostat et débit d'air réglés au maximum) de l'appareil. Certains hôtels ou certains pressings disposent d'ailleurs de pièces spéciales équipées de plusieurs déshumidificateurs afin d'assécher le plus rapidement possible les draps et le linge. C'est pourquoi n'importe quel modèle de déshumidificateur installé dans votre salle de bains vous permettra d'y faire sécher votre linge facilement, rapidement et sans odeur.
- Accélérer le temps de séchage en cas de travaux (peinture, enduits, etc).
- Assainir les vides sanitaires.

(35)Faire l'acquisition d'un déshumidificateur d'air est également une solution très économique :
- Chauffer de l'air humide nécessite beaucoup plus d'énergie que chauffer de l'air plus sec ; or, plus un air est chaud, plus il peut contenir de l'humidité. C'est pourquoi réduire le taux d'hygrométrie de l'air de votre logement vous permettra de réaliser de conséquentes économies d'énergie.
- Traiter l'humidité de votre maison permet d'éviter les dégradations et ainsi de préserver votre patrimoine.

A noter : (36)Plus connus que les déshumidificateurs, les absorbeurs d'humidité utilisant des cartouches ou des sachets de sel hygroscopique sont également utilisés pour absorber l'humidité. Ils n'ont malheureusement qu'une efficacité très réduite et seulement localisée autour du bac car ils ne disposent d'aucune ventilation ; ils sont également très rapidement saturés en cas d'humidité élevée et doivent être renouvelés constamment. De plus, laisser de tels dispositifs à portée de main des petits enfants est extrêmement dangereux. Ces absorbeurs d'humidité constituent une solution économique au départ qui finit par s'avérer très coûteuse et dangereuse, sans réel résultat. Ils peuvent néanmoins être un complément pour les placards et les petits dressings.

- (37)Les différents types de déshumidificateur d'air :

Les déshumidificateurs d'air à condensation :
(38)Ce sont les déshumidificateurs d'air domestiques les plus courants. Ces appareils sont de plus en plus compacts afin de se faire les moins encombrants et les plus mobiles possibles ; Ils sont très faciles à déplacer d'une pièce à l'autre car ils sont généralement équipés de roulettes.

- (39)Fonctionnement de la déshumidification par condensation :
Un déshumidificateur d'air à condensation aspire et filtre l'air humide et le dirige vers un condenseur (sorte de serpentin refroidi par un gaz frigorigène comprimé par un compresseur). Ce condenseur étant à une température plus basse que l'air humide aspiré, il transforme alors la vapeur d'eau contenue dans l'air en eau qui givre sur le serpentin froid. Par cycle régulier déterminé par une sonde de dégivrage, le compresseur va s'arrêter et l'eau sera récupérée dans le réservoir de l'appareil. L'air plus sec est ensuite réchauffé par l'évaporateur avant d'être réinjecté dans la pièce. (cette opération permet en même temps d'abaisser la température de l'évaporateur). A force de circuler dans le déshumidificateur, l'air ambiant se débarrasse progressivement de la vapeur d'eau qu'il contient et s'assèche donc au fur et à mesure. (40)Le phénomène physique que représente la suppression de l'eau de l'air augmente légèrement la température le l'air (c'est le contraire de l'humidification ou de la brumisation). De plus, certains déshumidificateurs disposent d'une fonction chauffage leur permettant d'augmenter plus fortement la capacité du déshumidificateur (ex : cave non chauffée l'hiver) : en augmentant la température de la pièce, celui-ci vous apportera ainsi un air encore plus confortable et pourra même servir de chauffage d'appoint.
Important : (41)La plupart déshumidificateurs d'air sont équipés d'un système de drainage permanent de l'eau de condensation récoltée. Le raccord d'un simple tuyau (vers l'extérieur ou dans une douche) entraînera l'évacuation de l'eau par gravité, vous évitant d'avoir à vider constamment le bac de l'appareil (Pour en savoir plus : Voir la rubrique " drainage permanent ").
A noter : (42)Le rendement d'un déshumidificateur étant plus élevé lorsque l'air est chaud et humide, son efficacité sera beaucoup moins optimale lorsque :
- la température est inférieure à 10/15°C. Pour compenser une utilisation à basse température on choisira un appareil avec un compresseur plus puissant. (43)Certains déshumidificateurs sont équipés d'un dégivrage gaz chaud qui inverse le circuit frigorifique, permettant ainsi un dégivrage rapide quelque soit la température d'utilisation. Ils auront donc un meilleur rendement tout en ne risquant pas de créer de bloc de glace à l'arrière de l'appareil (comme c'est le cas lorsqu'ils se remettent en cycle de déshumidification sans que la phase de dégivrage soit terminée).
- le taux d'hygrométrie est inférieur à 35% : la vapeur d'eau contenue dans l'air sera plus difficile et plus lente à évacuer.

Les déshumidificateurs à adsorption (aussi appelés " assécheurs d'air ") :
(44)Moins courants à usage domestique, certains déshumidificateurs fonctionnent sans compresseur mais à l'aide de " silicagel " (gel de silice), selon le principe de l'adsorption. (45)On trouve par exemple le silicagel dans les petits sachets destinés à absorber l'humidité contenus dans les emballages de certains produits tels que les appareils photos, sacs à main, disques durs ou produits sensibles). Cette technologie est utilisée depuis de nombreuses années dans l'industrie avec des gros déshydrateurs.

- (46)Fonctionnement de la déshumidification par adsorption :
Le déshumidificateur contient du silicagel sous la forme d'une roue solide. Cette roue est percée de trous disposés horizontalement afin de créer une plus grande surface d'échange entre l'air et le silicagel. L'air humide de la pièce est aspiré par un ventilateur passe à travers la roue qui capture l'humidité grâce au silicagel. La roue de silicagel tourne tout doucement et passe devant une résistance de chauffage pour être régénérée. A sa sortie de la roue du déshumidificateur, l'air est donc plus sec et légèrement réchauffé. La roue de silicagel est simultanément débarrassée de l'humidité récoltée par de l'air chauffé appelé " air de régénération ". L'air humide est alors chassé dans un condenseur qui le transforme en eau avant de l'évacuer dans un bac de récupération.
Toutes ces étapes (adsorption, régénération et évacuation) fonctionnent en parallèle afin de permettre une déshumidification constante de l'air.
A noter : (47)Le silicagel se régénère par la résistance de chauffage, ainsi, selon les constructeurs la roue de silicagel d'un assécheur d'air a une durée d'utilisation d'environ 54.000 heures soit 6 ans pour une utilisation en continue et 12 ans pour une utilisation sur 6 mois de l'année. Les particules de poussières se déposant parfois sur la roue pouvant réduire la capacité de déshumidification de l'appareil, il est donc conseillé de nettoyer régulièrement le filtre à poussières de l'appareil afin d'éviter que les poussières n'entrent et ne se déposent sur la roue.
- (48)Avantages de la déshumidification par adsorption :
- (49)Ce procédé fonctionne dès 1°C, vous permettant ainsi de déshumidifier des pièces peu ou pas chauffées (garages, caves et autres pièces en sous-sol). La capacité d'extraction sera toujours la même, et ce quelque soit la température d'utilisation.
- (50)Ce type d'appareil est très silencieux puisqu'il n'a pas de compresseur (générant moins de vibrations, notamment s'il est posé sur un parquet) ; - (51)Les déshumidificateurs par adsorption restituent en chaleur 80 % de l'énergie utilisée pour déshumidifier, permettant de réchauffer l'air traité : l'air expulsé par l'appareil est ainsi augmenté de 6 à 8°C en moyenne, vous apportant donc un meilleur confort tout en vous faisant réaliser de considérables économies d'énergie (chauffer de l'air sec est en effet beaucoup plus facile que de chauffer de l'air humide).
- (52)Comme pour les déshumidificateurs classiques à condensation, la plupart des assécheurs d'air permettent un drainage permanent de l'eau récoltée. Le raccord d'un simple tuyau (vers l'extérieur ou dans une douche) entraînera l'évacuation de l'eau par gravité, vous évitant d'avoir à vider constamment le bac de l'appareil.

- (53)Comment choisir son déshumidificateur d'air ?

(54)Données préalables concernant son logement :
Avant d'étudier les caractéristiques des différents déshumidificateurs d'air, il convient donc d'analyser au préalable 4 paramètres importants :
- La surface et le volume d'air à traiter ;
Bien qu'indicative, cette donnée doit être relativisée. En effet, plus que la surface ou le volume de la pièce à traiter (qui ne sont que des données approximatives), ce sont les conditions d'utilisation de l'appareil qui sont à prendre en considération (température du local, dégât des eaux à traiter, spa ou piscine, salle de sport, résidence secondaire...)
Enfin, sachez que les volumes et les surfaces indiquées par les constructeurs ou les importateurs sur les fiches techniques des appareils peuvent être parfois optimistes.
- Le taux d'hygrométrie constaté et souhaité ;
- (55)La température du local à traiter :
Plus la pièce à déshumidifier sera fraîche, plus le déshumidificateur choisi devra être performant (en effet, rappelons que plus l'air est chaud, plus le rendement d'un déshumidificateur sera élevé). Si la température du local est inférieure à 10/12°C (ex : pièce non chauffée l'hiver), il sera donc nécessaire de choisir un déshumidificateur d'air plus puissant pour compenser son manque d'efficacité. Choisir un assécheur d'air (déshumidificateur par adsorption) peut également être une solution pour une utilisation en inférieure à 10°C car ils fonctionnent dès 1°C.
- (56)La source de l'humidité du local à traiter :
En effet, la capacité d'un déshumidificateur d'air doit être supérieure à ce que le local produit en eau (ex : un déshumidificateur d'air installé dans un local de piscine couverte doit être supérieur au taux d'évaporation d'eau de la piscine).

(57)L'efficacité d'un déshumidificateur dépend principalement de sa capacité d'extraction et de son débit d'air.
Important : Il faut savoir que la capacité d'extraction des déshumidificateurs d'air (caractéristiques fournies par leur fabricant) est en général mesurée dans les mêmes conditions :

- Humidité relative de 80 % ;
- Température de 30°C.
Cette norme, qui permet de comparer les différents appareils entre eux, implique donc de prendre en compte certaines données (hygrométrie, température, volume du local à traiter) avant de faire votre choix (rappelons que plus l'air est froid, plus le rendement d'un déshumidificateur sera faible).

(58)L'ensemble des paramètres devant être étudiés pour choisir le déshumidificateur d'air correspondant le mieux à ses besoins sont donc :
- Capacité d'extraction ;
- Débit d'air ;
- Nombre de vitesses ;
- Hygrostat oui/non, manuel ou électronique ;
- Capacité du réservoir ;
- Drainage permanent ;
- Aspect, encombrement, poids...
- Prix

- (59)Capacité d'extraction :
= Il s'agit du nombre de litres d'eau que le déshumidificateur sera capable d'extraire pendant une durée donnée (généralement sur une journée ou 1 h). La capacité d'extraction est donc exprimée en litres/jour ou en litres/heure. Rappelons que celle-ci est mesurée, en général, dans une atmosphère disposant d'une température de 30°C et d'une humidité relative de 80 % (pour les déshumidificateurs à condensation)
(59a)A noter : la capacité d'extraction des déshumidificateurs à adsorption est beaucoup plus faible que celle des déshumidificateurs à condensation mais restera la même quelque soit la température d'utilisation (dès 1°C).
(60)La capacité d'extraction dépendant avant tout de la température d'utilisation, du taux d'hygrométrie constaté, de la rapidité de déshumidification souhaitée et du volume d'air à traiter, il convient de la choisir en fonction de la surface du local dans lequel sera installé le déshumidificateur. En effet, il existe sur le marché de petits déshumidificateurs d'air pouvant extraire 0.5 litres d'eau par jour (pour les placards ou les camping-cars) comme des appareils ayant une capacité d'extraction de 100 litres d'eau (voire plus) par 24 heures, préconisés pour des entrepôts, des locaux de stockage, pour des salles de gym ou pour des piscines. Les déshumidificateurs d'air disposant d'une capacité d'extraction comprise entre 5 à 30 litres par jour sont les plus adaptés à un usage domestiques, préconisés pour une pièce ou une maison humide de volumes moyens.
(61)Soyez pourtant vigilants dans votre choix car à surface égale, un local très humide devra être déshumidifié par un appareil plus puissant qu'un local moins humide. De plus, suivant la vitesse de déshumidification que l'on souhaite, il sera nécessaire de choisir un appareil plus ou moins puissant (ex : un local humide par manque de ventilation nécessitera un appareil moins puissant qu'un local très humide avec des ouvertures peu étanches aux apports d'air humide extérieurs). Il faut également tenir compte de l'apport en humidité du local à traiter : génère-t-il des apports permanents d'humidité (piscine intérieure, jacuzzi, salles d'eau ou salle de sport) ou s'agit-il de réduire une simple humidité ambiante ?
A noter : (62)de la même façon qu'il est préconisé d'installer plusieurs radiateurs pour chauffer une pièce de grand volume, il est généralement conseillé d'installer plusieurs déshumidificateurs de performances moyennes dans un grand local plutôt qu'un seul appareil trois fois plus puissant.

- (63)Débit d'air :
= Il s'agit de la quantité d'air humide que le déshumidificateur sera capable de traiter (et donc de la quantité d'air " traité " que l'appareil sera capable d'expulser) dans la pièce pendant une durée donnée (généralement 1 heure ou 1 minute). Le débit d'air est donc exprimé en m3 d'air/ h ou en m3/mn. Plus le débit d'air d'un déshumidificateur est élevé, plus il sera efficace. Cette donnée vous permet en effet d'évaluer la capacité de renouvellement de l'air offerte par l'appareil. Sachez que renouveler une fois le volume d'air d'un local peu humide en une heure est suffisant. En revanche, il est conseillé de traiter en totalité 2 ou 3 fois par heure le volume d'air d'un local plus humide. De même, le débit d'air d'un appareil destiné à déshumidifier des volumes importants doit être élevé.
(64)En règle générale, le débit d'air est d'environ 100/120 m3/h pour les petits appareils domestiques, de 200 m3/h pour les appareils plus performants et peuvent aller jusqu'à 500 voir 700/800 m3/h pour les appareils professionnels. (64a)Pour un assèchement rapide, comme dans le cas d'un dégât des eaux, il est indispensable de choisir un appareil disposant d'un débit d'air élevé.
Attention : le niveau sonore d'un déshumidificateur est lié à son débit d'air (plus le débit d'air est élevé, plus le niveau sonore le sera également). Il est donc important de choisir le bon compromis entre décibels et efficacité.

- (65)Nombre de vitesses :
= Un déshumidificateur d'air peut être équipé de plusieurs vitesses, vous permettant d'ajuster l'efficacité de votre appareil en fonction de vos différents besoins. Une déshumidification rapide (ex : suite à un dégât des eaux) nécessitera une vitesse élevée tandis que le simple maintien d'un taux d'hygrométrie pourra être plus faible. La nuit, on pourra diminuer le débit d'air et l'augmenter la journée lorsqu'on travaille. Lorsqu'il fait plus chaud le déshumidificateur aura un meilleur rendement et la vitesse de ventilation pourra être plus basse.
Notez également qu'une vitesse réduite permet de baisser le volume sonore du déshumidificateur d'air tout en le laissant fonctionner (intéressant dans les petits logements ou pour un fonctionnement de nuit.)

- Hygrostat :
= (66)Qu'il soit manuel ou électrique, l'hygrostat vous permet de choisir le taux d'hygrométrie que vous souhaitez obtenir et maintenir dans la pièce à déshumidifier. Cette fonction est donc primordiale pour des locaux d'habitation dans lesquels il est nécessaire de maintenir un taux d'hygrométrie constant ou stable (si l'air d'un logement ne doit pas être trop humide, il ne doit pas non plus être trop sec ; de plus, il est important pour des raisons d'économie que l'appareil ne fonctionne pas en permanence).
En pratique, lorsque le surplus d'humidité aura été retiré (une fois le taux d'hygrométrie de " consigne " atteint) et qu'il ne s'agira plus que de maintenir un taux d'hygrométrie stable, le déshumidificateur d'air équipé d'un hygrostat s'arrêtera de déshumidifier. Selon les fabricants, soit l'appareil s'arrêtera complètement (arrêt total du niveau sonore) soit il restera en ventilation seule permettant de poursuivre l'analyse de l'air avec une consommation très faible (un moteur de ventilateur de consomme que 40W environ).
(67)L'hygrostat électronique a l'avantage d'être plus pratique d'utilisation et de définir plus facilement le taux de consigne du taux d'hygrométrie souhaité. En revanche, l'hygrostat électronique ne permet pas toujours le " redémarrage automatique " en cas de coupure puis de reprise du courant, très pratique notamment dans une résidence secondaire ou lorsque l'on n'est pas présent en permanence. Certains fabricants proposent maintenant des appareils à hygrostat électronique permettant le redémarrage en cas de coupure de courant. Cette fonction doit être indiquée sur les caractéristiques.
Si l'hygrostat manuel est moins pratique à utiliser, il reste tout de même plus précis et source de moins de panne.

- (68)Capacité du réservoir :
= C'est dans le réservoir que l'eau récoltée après la déshumidification de l'air est évacuée et stockée. La capacité de ce bac vous indique donc la quantité maximum d'eau que celui-ci peut contenir. Tous les appareils s'arrêtant automatiquement lorsque le bac est rempli, la capacité du réservoir est importante si celui-ci ne peut être vidé régulièrement.
Il n'est pas facile de calculer l'autonomie d'utilisation d'un déshumidificateur car la vitesse du remplissage du bac sera fonction de l'efficacité du déshumidificateur (capacité d'extraction, débit d'air) et du taux d'hygrométrie qui va baisser au fur et à mesure de l'utilisation.

- (69)Drainage permanent :
Le drainage permanent permet de brancher un tuyau sur le déshumidificateur d'air afin que l'eau s'évacue directement par gravité (dans un évier, une douche, les égouts ou un puits, etc), vous évitant de vider le bac régulièrement : l'appareil peut donc fonctionner de façon autonome sans intervention de votre part. A noter : Le drainage permanent nécessite que le déshumidificateur d'air soit surélevé par rapport au tuyau afin de laisser faire la gravité.

- (70)Pompe de relevage :
Certains appareils peuvent être équipés, comme certains climatiseurs, d'une pompe de relevage pour évacuer l'eau récupérée dans une évacuation située en hauteur (lavabo ou évacuation au rez de chaussée pour un déshumidificateur situé à la cave ou dans un vide sanitaire)
Il est également possible d'utiliser une pompe de relevage externe en choisissant de préférence une pompe immergée dans le bac qui offrira la sécurité de l'arrêt automatique du bac plein en cas de panne de la pompe (Lien vers les pompes de relevage : ../pompes-de-relevage,fr,3,128.cfm).

Important :
Pour la déshumidification de locaux spéciaux, reportez-vous aux rubriques suivantes :
- Déshumidification des piscines intérieures
- Régulation de l'humidité des locaux de stockage

- (71)Où installer son déshumidificateur d'air ?

Il est conseillé d'installer le déshumidificateur d'air dans la pièce où les conséquences de l'humidité sont les plus importantes (condensation) et/ou à l'endroit d'où provient l'humidité (sous sol ou cave par exemple).
Les déshumidificateurs les plus performants peuvent fonctionner aussi à basses températures. Ceux-ci sont donc particulièrement recommandés pour déshumidifier des locaux non chauffés en période hivernale, tels qu'un garage, une cave ou même une maison de campagne inoccupée. Pourtant, leur rendement sera beaucoup plus faible que pour une utilisation dans un local tempéré. En effet : c'est la différence de température entre l'air aspiré et la réfrigération destinée à transformer la vapeur en eau qui augmente la performance de l'appareil : une bouteille d'eau fraiche sortie du réfrigérateur et posée sur une table à 35°C sera rapidement recouverte d'eau. A 20°C, il faudra que la bouteille soit très froide pour obtenir le même résultat. A 10/15°C, il sera difficile d'avoir de la condensation dessus.
A noter : une bonne étanchéité du logement ou de la pièce humide à traiter permet d'accroître le processus de déshumidification, notamment en cas de dégâts des eaux.

- (72)Cas particulier : Déshumidification des locaux avec piscines intérieures :

(73)Si votre maison est dotée d'une piscine intérieure, il est recommandé de déshumidifier le local dans laquelle elle est installée afin de le préserver tout en vous faisant profiter d'un confort optimal. Des déshumidificateurs d'air spécialement conçus pour les piscines intérieures, tant au niveau de la capacité d'extraction qu'ils nécessitent que du volume qu'ils sont capables de traiter existent. (Lien vers la rubrique Déshu pro d'ADS : ../deshumidificateurs-d-air-professionnels-et-de-piscine,fr,3,25.cfm)

(74)Le taux d'hygrométrie idéal d'un local de piscine est compris entre 60 et 65 % :
- Au-delà de 70 %, l'air sera saturé en eau, rendant l'atmosphère inconfortable avec ruissellement de l'eau sur les murs et sur les vitres. Il favorisera également le risque de condensation et le développement des moisissures.
- En dessous de 60 %, l'air sera trop sec, augmentant l'évaporation de l'eau en surface.
(75)Afin de déterminer quel modèle de déshumidificateur est le plus adapté à votre piscine intérieure, il est primordial que ses performances soient supérieures à la quantité de vapeur produite par le local. C'est pourquoi vous devez choisir un appareil dont la capacité d'extraction est supérieure au taux d'évaporation d'eau de la piscine.

(76)Calcul du taux d'évaporation d'une piscine intérieure :
L'évaporation de l'eau d'une piscine dépend de plusieurs paramètres :
- La surface du bassin ;
- La température de l'eau ;
- La température de l'air ;
- Le taux d'hygrométrie ;
- L'agitation du bassin (fréquentation, débordement, nage à contre-courant, etc).

Il est possible de calculer le volume d'eau évaporée en une journée d'une piscine intérieure selon la formule suivante :

0.0026 x [E - (HR x L)] x S 0.0026 = Donnée fixe
E = Pression de vapeur calculée selon la température de l'eau
L = Pression de vapeur calculée selon la température du local
(Calcul de la pression de vapeur : cf tableau ci-dessous)
HR = Taux d'hygrométrie du local (ex : 70 % = 0.7)
S = Surface d'évaporation (surface de l'eau)

Tableau de correspondance de la pression de vapeur (selon la température de l'eau et de l'air)
Températures eau et air (°C) Pression de vapeur (Pa) Températures eau et air (°C) Pression de vapeur (Pa) Pression de vapeur (Pa) Pression de vapeur (Pa)
15 1704 24 2982 33 5028
16 1817 25 3166 34 5317
17 1936 26 3359 35 5620
18 2062 27 3563 36 5939
19 2196 28 3778 37 6273
20 2337 29 4003 38 6623
21 2485 30 4241 39 6989
22 2642 31 4490 40 7374
23 2807 32 4753    

Ex : Volume d'eau évaporée en 1 jour :
Surface de la piscine = 20 m²
Température de l'eau = 24°C
Température du local = 25°C
HR du local = 70 %
= 0.0026 x [2982 - (0.7 x 3165)] x 20
= 0.0026 x 765 x 20
= 1.99 x 20
= 40 litres/jour

- (77)Cas particulier : Régulation de l'humidité dans les locaux de stockage :
(78)Maîtriser le taux d'hygrométrie pour le stockage de certains produits ou objets est vivement recommandé afin de prolonger le plus longtemps possible leur conservation (denrées alimentaires) et de les conserver sans les altérer ou les dégrader (appareils électroniques, meubles, etc). Des déshumidificateurs d'air spécialement conçus pour un usage professionnel et/ou pour des locaux de grandes surfaces existent : ils disposent de performances bien plus élevées que les déshumidificateurs domestiques, tant au niveau de leur capacité d'extraction que du débit d'air (Lien vers la rubrique Déshu pro d'ADS : ../deshumidificateurs-d-air-professionnels-et-de-piscine,fr,3,25.cfm)

(79)S'il est globalement recommandé de maintenir l'humidité relative de l'air en dessous de 60 % afin de garantir le confort domestique des personnes tout en préservant les bâtiments et les logements, certains produits et denrées disposent de seuils de tolérance particuliers. Afin de les stocker dans les meilleures conditions possibles, il conviendra donc de respecter les taux d'hygrométrie suivants :

Chocolat 40 - 50 % Meubles 50 - 55 % Armoires élec 60 %
Cacao 50 - 70 % Acier 55 % Hall sport 60 %
Noix 60 - 65 % Appareils élec. 55 % Piscines 60 %
Fromage 65 - 70 % Art 55 % Bulbes 70 - 75 %
Oignon 65 - 70 % Papier 55 - 65 %    


 
Garanties
Suivi de commande
Conseil avant-vente / Infos
Mon Service Client
Modes et délais de livraison
Moyens de paiement
Paiement sécurisé
Solution crédit
Contact Service Client
Contact Administration
Contact Professionnels
Formulaire de rétractation

 
Conditions Générales de Vente
Politique de confidentialité
Protection de la vie privée et cookies
Mentions légales
 

 

AvenueDesSpecialistes.com
28 /30 rue Remy Dumoncel 75014 Paris - 01 42 18 20 25- Fax 01 70 44 51 51
Notre boutique en ligne est spécialisée dans le traitement de l'air : humidité, climatisation, purification, ventilation et chauffage.
N'hésitez pas à nous contacter si vous souhaitez un renseignement ou un conseil sur les humidificateurs, déshumidificateurs, purificateurs, climatiseurs, ventilateurs et chauffages.
Création www.avenuedesspecialistes.com © 2004-2019 tous droits réservés

 

 

climatiseur climatiseur climatiseur climatiseur        
Site réalisé avec PowerBoutique - logiciel pour créer un site